À propos

La Lettre Peinte

Maison d'édition et de production

Plus qu’une maison d’édition et de production, La Lettre Peinte est une école. Une école acharnée, Le vivier du style. Celui d’une rupture. Une littérature réfractaire qui marche comme une redéfinition. Le « Non » d’une littérature de marché qui se vautre dans la paresse des deniers. Belliciste, elle reste l’alliée du verbe.  Une renaissance rouleuse de ciels doubles, d’un tombeau de grandeurs. Une hurleuse de génies lettrés, en furie contre ce bas-littéraire. Une faucheuse de banalités sous-dent, de gribouillis en écharpes. Une fouineuse de l’atypique, du flair dressé contre le tiède. Une buveuse d’accords rieurs, d’agencements soudains. Une école qui triture les doigtés gisants sur les essences. Ces embryons poétiques, décharnés de formes. Qui les brouille de nécessaires. Le style, faiseur de faux, mordille le bas-réel, le réécoute. Le voilà difforme, boursouflé de rendus en siffles. Des excroissances en souffles en coulent sur des lettres paralytiques. Des états d’êtres font naissance. Ça rogne et rabote. L’œil fait faux, le non-sens, sens. Elle est de là, l’adepte du maître Style. Exemple de travaux: Le clochard, Ça cloche, Le châtieur. Travaux signés Hicham Aboumerrouane.